Spiruline BIO en France

label spiruline bio france

La Spiruline bio, a pour nom scientifique Arthrospira platensis et anciennement, Spirulina platensis. C’est une bactérie de la famille des cyanobactéries, du genre Arthrospira, usuellement appelées algues bleues. Ce super aliment arrive au top du  marché du complément alimentaire naturel avec ses algues cousines, le klamath et la chlorella.

les nombreux bienfaits de la spiruline du à sa richesse nutritionnelle rare, excellente pour nos cellules, composée de vitamines, notamment B 12, de protéines, d’acide gras, d’oméga, de minéraux, d’oligo-éléments et d’anti oxydants.

Connue pour ses qualités nutritionnelles hors du commun, la Spiruline bio existe-t-elle en France avec le label AB ? Nous apporterons tout d’abord un éclaircissement sur ce point, puis nous présenterons les démarches dynamiques des spiruliniers français pour accéder à une réelle reconnaissance de la qualité de leur production, pour finalement vous guider un peu dans votre recherche de ce super aliment.

La spiruline française bio : mythe ou réalité ? Vidéo courte ⤵️

Selon l’Agence Française pour le Développement et la Promotion de l’Agriculture Biologique, la culture bio se définie comme « un mode de production et de transformation respectueux de l’environnement, du bien-être animal et de la biodiversité, qui apporte des solutions face au changement climatique ». L ’agriculture biologique repose sur le respect des équilibres naturels. Elle interdit alors l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM (Organisme Génétiquement Modifié) et limite l’emploi d’intrants (les produits appliqués aux terres et aux cultures pour améliorer leur rendement)

D’après l’agence de l’Agriculture Biologique, il était « impossible de faire référence à l’agriculture biologique pour toute production d’eau douce conformément au règlement européen pour la certification en agriculture biologique »

Ainsi, sans cahier des charges pour une production Bio dans le secteur de la production en eau douce, il était impossible d’accéder au label bio pour les producteurs de spiruline. La FSF (Fédération des Spiruliniers de France) s’est donc lancée dans la rédaction d’un cahier des charges. Mais en 2017, les législations en vigueur classent la spiruline dans la catégorie d’algues marines, alors qu’il s’agit en fait d’une cyanobactérie d’eau douce. Le problème essentiel de ce cahier des charges concerne la source d’azote utilisée pour le fertilisant : elle doit être d’origine végétale.

Mais cette exigence ne correspond pas à la nature scientifique de la spiruline, qui à l’état naturel se développe dans des lacs en se nourrissant de source d’azote d’origine animale, donc plus riche et plus concentrée que l’azote végétale. En France, la culture de la spiruline est produite dans des étangs artificiels d’eau douce salée de 30 à 40 cm de profondeur à une température comprise entre 30°C et 40°C. Elle pousse grâce à la photosynthèse, qui transforme la matière minérale, les nutriments qu’elle trouve dans son milieu de vie, en matière organique, grâce à l’eau, au CO2 et à la lumière. La nourriture de la spiruline est donc exclusivement minérale. Ces minéraux sont, soit le résultat du processus de transformation naturelle de la matière organique en matière minérale, soit le résultat de procédés chimiques synthétisant du minéral. Pour garantir un produit de qualité et limiter les risques bactériologiques,les producteurs français utilisent un fertilisant minéral, tel que l’azote. Par cet usage, la spiruline française est à cette date encore un produit non éligible à tout label bio.

Mais comme nous allons le présenter maintenant, les producteurs français n’ont pas renoncé. Ils persévèrent et travaillent à la reconnaissance de leur cahier des charges mis au point durant de nombreuses années, et correspondant véritablement à ce que devrait être, techniquement et éthiquement, une spiruline biologique.

Dans cette vidéo, Rosine Lecomte nous explique comment et pourquoi consommer de la Spiruline française. Elle nous détaille la raison pour laquelle en France il n’est pas encore possible de faire de la Spiruline bio.

Un label bio français AB en préparation

logo AB bio france

En mai 2015, suite à des années de travail, cette fédération a déposé un dossier pour la certification AB auprès de l’institut national de l’origine de la qualité. Mais à Bruxelles en 2017, cette cyanobactérie a été positionnée dans la catégorie des algues marines.  En conséquence, pour obtenir le précieux label « bio », les producteurs sont obligés de répondre au cahier des charges des algues marines, qui ne sont pas compatibles avec leurs pratiques de culture de la spiruline.

Les spiruliniers français mettent en avant leurs modèles extensifs à faible empreinte environnementale.  Dans leur production de spiruline il n’y a pas d’OGM, ni pesticide, ni d’herbicide, ni colorant et surtout pas de conservateurs ou d’additifs. Le problème repose sur les éléments phosphatés et azotés utilisés en France. Pour la certification biologique, l’Europe impose l’usage de matières organiques, alors que les français utilisent des produits d’origine minérale. Pourtant ce choix très économique en eau, avec la mise en place de culture hors sol est très cohérent par rapport à la politique de protection de l’environnement.

Depuis 2017, des représentants français réclament un classement bio plus cohérent. Ils ont même déposé un amendement au cahier des charges pour la labellisation de la culture biologique. La région Pays De La Loire qui s’est investie dans l’accompagnement du développement de cette filière s’est saisie de cet imbroglio.

Les Spiruliniers de France  » s’opposent  » au cahier des charges « ALGUES MARINES » tel qu’il est imposé par l’Europe pour la culture biologique. A bien y regarder il n’est pas écologique pour la planète et le consommateur. L’apport de matières organiques qu’il impose dans les milieux de culture, provoque un changement très fréquent des milieux, soit dix fois plus d’eau consommée et bien sûr rejetée avec des effluents chargés à retraiter. C’est ce point essentiel incontournable qui est mis en avant depuis mai 2015 auprès des instances du bio avec la FNAB par les spiruliniers français.

Mais à Bruxelles, aucune réponse n’est encore apportée et avec les règles établies au niveau européen, la spiruline ne peut encore intégrer le champ de l’agriculture biologique.

Quelle spiruline choisir ?

Ainsi, malgré tous leurs efforts, les producteurs français ne parviennent pas encore à accéder au label bio européen d’agriculture biologique. Pour autant, leur mode de production est souvent plus propre et plus vertueux que bien des spirulines bio certifiées à l’étranger.

Au moment de l’achat, il convient de rester prudent. Dans un milieu mal protégé, la spiruline pourrait se développer en absorbant des contaminants ou des produits toxiques comme les métaux lourds (mercure, plomb et arsenic). Disponible dans le commerce sous forme concentrée, un complément alimentaire pris sur le long terme pourrait s’avérer dangereux pour la santé, s’il contient trop de ces métaux lourds. Il est donc  essentiel de rester vigilant, quant à la provenance du produit, afin de pallier aux éventuels dangers de la spiruline, de connaitre leur traçabilité. Il est toujours préférable de favoriser ceux qui affichent clairement leur composition.

Comme la spiruline bio française n’existe pas encore, certains pourraient choisir de se fournir auprès de marques étrangères qui elles disposent du label bio.  Mais la situation s’avère plus complexe qu’il n’y paraît. Les règles en vigueur pour définir le bio peuvent varier beaucoup d’un pays à l’autre.  La spiruline avec le label « bio », que l’on retrouve sur les étagères de nos boutiques spécialisées est souvent importée de pays comme la Chine, l’Indes ou le Maroc.

Il est intéressant de noter, que la spiruline bio, qui a voyagé sur la moitié de notre planète avant de venir garnir les étagères de nos boutiques spécialisées ne répond pas nécessairement au cahier des charges européennes. Même si le label bio lui a été décerné en dehors de l’Europe, le produit peut bénéficier de la prestigieuse feuille verte grâce à un jeu d’équivalences. Mais les exigences écologiques et sanitaires sont rarement aussi fortes qu’en Europe.  » La Commission européenne estime alors que les contrôles des pays d’origine suffisent. Ce qui est loin d’être satisfaisant. On a notamment vu que la spiruline bio venue de pays tiers pouvait poser des problèmes sanitaires« , pointe le co-rapporteur du CESE (conseil économique social et environnemental)

En conclusion

Notre intérêt porté à la recherche de cultures biologiques et naturelles est guidé par un souci de cohérence idéologique de respect de l’environnement, du vivant en général et de sa diversité. Si cette démarche est importante pour vous aussi, il vous semblera sans doute plus pertinent d’acheter de la spiruline produite en France. En effet, la qualité nutritionnelle de la production française est bonne. Les producteurs français ont pour la plupart une approche sérieuse et écoresponsable de leur métier.

La culture biologique est guidée par une recherche de cohérence idéologique du respect de l’environnement, du vivant avec notamment un mode de production économe en eau. Comme nous l’avons souligné dans notre article, les petits producteurs de spiruline souhaiteraient accéder à un label bio local, équitable et cohérent. En achetant leur produit, vous soutenez leur action et comme vous avez pu le voir dans la vidéo la qualité est vraiment au rendez-vous !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur skype
Skype

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page